Sélectionner une page

Missions

La Garde Suisse Pontificale veille en permanence à la sécurité du Saint-Père et de sa résidence. Elle surveille toutes les entrées officielles de la Cité du Vatican, effectue des contrôles d’accès et se tient à disposition des visiteurs du monde entier pour tout renseignement sur le Vatican.

Lors d’audiences et cérémonies religieuses avec le Saint-Père, les gardes surveillent l’événement. Les gardes en uniforme et les supérieurs en civil, pour la protection rapprochée nécessaire, y sont en service.

Les sous-officiers et les officiers accompagnent également le Saint-Père lors de ses voyages apostoliques à l’étranger.

Lors des visites officielles de chefs d’État, de premiers ministres et d’ambassadeurs, les gardes suisses accomplissent un service d’honneur. Les soldats du Pape saluent l’invité en lui rendant les honneurs militaires. On accomplit aussi certains services d’honneur lors des messes, des audiences ainsi qu’aux entrées de la Cité du Vatican.

Bref aperçu des missions

  • Protection du Saint-Père et de sa résidence

  • Accompagnement du Saint-Père lors de ses voyages apostoliques

  • Surveillance des entrées officielles de la Cité du Vatican

  • Prestation de services d’ordre et d’honneur

  • Protection du Collège cardinalice durant la vacance du Siège apostolique

Les Cadres

Le Commandant – Christoph Graf

Le Colonel Christoph Graf est né le 5 septembre 1961 et est originaire de Pfaffnau LU. Il est marié et père de deux enfants.

Christoph Graf est entré en 1987 dans la Garde. En octobre 2010, il a été promu remplaçant du Commandant et, en tant que tel, premier conseiller du Commandant. Il était responsable de la gestion et avait la fonction de chef de l’Etat-Major. Le Colonel Graf a égalementété, avant cela, instructeur et Sergent-Major de la Garde Suisse.

Le 7 février 2015, il a été nommé 35ème Commandant de la Garde Suisse Pontificale par le Pape François. En tant que Commandant, il est chargé de la conduite générale de la Garde. Plus particulièrement, il est responsable du recrutement des gardes, du respect du règlement de la Garde et de l’engagement des cadres. De plus, il assure le développement du Corps ainsi que le maintien de la discipline.


Le Vice-Commandant – Philippe Morard

Le Lieutenant-Colonel Philippe Morard est né le 9 février 1972 et est originaire de Pont-en-Ogoz FR. Il est marié et père de trois enfants.

Philippe Morard avait déjà servi au sein de la Garde en tant qu’hallebardier, de 1993 à 1995. Après son passage à la Garde, il a débuté sa carrière dans la sécurité auprès de la Police cantonale fribourgeoise. Il a travaillé ensuite pour la Police judiciaire fédérale dans la Division de la protection de l’État et finalement à la Brigade d’analyse des structures criminelles.

En tant que Vice-Commandant, il occupe la fonction de chef d’Etat-Major.

 


Le Chapelain – P. Thomas Widmer

Le Chapelain, Père Thomas Widmer, est né le 18 juillet 1984 et est originaire de Zürich.

Thomas Widmer a étudié la théologie à Rome, à l’Université Pontificale Santa Croce et à l’Université Pontificale du Latran. De 2010 à 2013, il a officié comme vicaire de la paroisse de la Très Sainte Vierge de Lourdes à Seebach (Zürich).

En tant que Chapelain de la Garde Suisse Pontificale, il célèbre les sacrements pour le Corps et accompagne spirituellement les gardes et leurs familles. Il est également responsable de l’organisation des activités culturelles.

 


Le Major – Martin Kurmann

Le Major Martin Kurmann est né le 16 août 1983 et est originaire de Wolhusen LU. Il est marié et père de trois enfants.

Martin Kurmann a servi au sein de la Garde Suisse Pontificale de 2003 à 2005, puis a poursuivi une carrière dans le domaine de la sécurité, d’abord dans l’Armée suisse, ensuite dans la Police Lucernoise, où il a été chef de la formation et du perfectionnement.

En tant qu’officier, il est à la tête du deuxième escadron. De plus, comme chef de la Sécurité, il assume également la responsabilité de la planification des services, des engagements et de la Centrale Information & Documentation du Corps.

 


Le Capitaine I – Christian Kühne

Le Capitaine Christian Kühne est né le 23 mars 1983 et est originaire de Pfäfers-Vasön (SG). Il est marié.

Christian Kühne est membre de la Garde Suisse Pontificale depuis février 2006. Avant d’être nommé Capitaine, il a servit en tant que Sergent-Major.

En tant que Capitaine I, il est à la tête du premier escadron et est responsable du personnel, des communications et du marketing.

 


Le Capitaine II – Lorenz Keusch

Le Capitaine Lorenz Keusch est né le 19 juin 1979 et est originaire de Boswil (AG). Il est marié et père de deux enfants.

Lorenz Keusch est membre de la Garde Suisse Pontificale depuis juin 2000. Il a été responsable de la cuisine pendant plusieurs années.

En tant que Capitaine II, il est à la tête du troisième escadron; il est également responsable de l’armurerie et du matériel, anisi que de l’entretien de nos Casernes e de la cantine.

 


Le Sergent-Major – Guillaume Favre

Le Sergent-Major Guillame Favre est né le 30 novembre 1987 et est originaire de Saint-Barthélemy (VD). Il est marié.

Guillaume Favre est membre de la Garde Suisse Pontificale depuis février 2009. Avant d’être promu au grade de Sergent-Major, il était instructeur du Corps.

En tant que Sergent-Major, il fait partie de l’Etat-Major et est responsable de la formation, de l’aide au commandement, de l’assermentation et du sport. Lors des cérémonies officielles, le Sergent-Major porte le drapeau du Corp (cérémonie de l’assermentation), respectivement le drapeau du Vatican (bénédiction « Urbi et Orbi » à Pâques et à Noël).

La vie à la Garde

Le service

Le quotidien de la troupe de protection du Pape est régi en fonction des différents services de surveillance du chef de l’Église catholique et de sa résidence. Mais à côté de cela, il y a différentes opportunités pour organiser son temps libre.

L’aspect culturel

La Ville éternelle a énormément à offrir aux amateurs de culture, que ce soit dans les domaines religieux ou profanes. Nous sommes vite plongés dans un voyage dans le passé, parmi des époques légendaires.

Le sport

Les adeptes de sport peuvent démontrer leur condition et leurs aptitudes, par exemple, au sein de l’équipe de football propre à la Garde, le FC Guardia. Tout au long des rencontres sportives du championnat du vatican, le FC Guardia affronte les autres équipes du Vatican, comme par exemple celles de la Gendarmerie ou des Gardiens des Musées. Pour le développement musculaire et la condition physique personnelle, de nombreux appareils sont à disposition des gardes dans la salle de fitness à l’intérieur de la caserne.

 

La musique

Ceux qui préfèrent, durant leur temps libre, l’art musical et en ont les capacités peuvent rejoindre la fanfare de la Garde ou ont même la possibilité d’apprendre à jouer d’un instrument à vent. La fanfare se produit lors des événements festifs, comme la Fête Nationale ou Noël, et enchante les invités lors de sa production principale, l’Assermentation, le 6 mai de chaque année.

En cuisine

Cinq sœurs Albertines de Pologne ont la charge de préparer les repas pour la cantine de la caserne. Outre la cuisine traditionnelle italienne, l’on trouve aussi quelques délices suisses au menu. En dehors de la caserne, la ville de Rome a également sa part à offrir: tous les régals de la cuisine italienne et les spécialités régionales promettent d’agréables moments dans la sublime ambiance de la Ville Eternelle.

 

 

Assermentation

Le 6 mai de l’an 1527, la Ville Eternelle fut attaquée par les lansquenets de l’empereur Charles V. De nos jours, cet événement est connu comme le « Sacco di Roma », c’est-à-dire le sac de Rome. Lors de cette bataille, les suisses n’avaient aucune chance, même s’ils essayèrent de résister à l’assaut. Des 189 gardes suisses au matin du 6 mai, seuls 42 gardes survécurent. Ce sont ceux qui, à la dernière minute, réussirent à amener le Pape Clément VII au Château Saint-Ange à travers un passage secret (le « Passetto »), lui sauvant ainsi la vie. Encore aujourd’hui, en commémoration de cet événement historique, l’assermentation annuelle des nouvelles recrues se déroule le 6 mai. En plus des familles et des amis des jeunes gardes assermentés, d’importants représentants du monde politique et de l’Eglise sont présents, ainsi que des bienfaiteurs du Corps.

La formule d’assermentation, lue par le chapelain, sera répétée par les nouvelles recrues dans la version raccourcie :

«Je jure de servir fidèlement, loyalement et de bonne foi, le Souverain Pontife régnant, François, et ses légitimes successeurs ; de me dévouer pour eux de toutes mes forces, sacrifiant, si nécessaire, ma vie pour leur défense.
J’assume les mêmes devoirs vis-à-vis du Collège des cardinaux durant la vacance du Siège apostolique. Je promets, en outre, au Commandant et aux autres supérieurs, respect, fidélité et obéissance. Je le jure, aussi vrai que Dieu et nos Saints Patrons m’assistent».

Le jour de l’assermentation est sans doute le jour le plus important de la vie d’un garde. Lorsque l’on jure sur le drapeau de la Garde avec la cuirasse et l’uniforme de grand-gala, l’on jure pour toute la vie. Garde une fois ‒ garde toujours. C’est une promesse qui requiert surtout courage et fidélité, qui engage la loyauté et le dévouement total.

Les uniformes

L’uniforme de galaL’uniforme de gala actuel, certainement l’uniforme le plus connu au monde, doit son existence au Commandant Jules Repond (1910-1921). Les fameuses couleurs bleu, rouge et jaune sont les couleurs de la Maison des Médicis (Clément VII). Les bandes bleues et jaunes interrompent d’un mouvement fluide le rouge de la veste et du pantalon. Après de longues recherches et en s’appuyant sur les fresques de Raphaël, le chapeau fut remplacé par le béret basque actuel, sur lequel on peut distinguer le grade. Plus tard la fraise fut aussi remplacée par le col blanc.Lors des services d’ordre, les gardes portent les gants blancs; lors des services d’honneur durant les cérémonies pontificales, le casque noir; lors des représentations à l’occasion de réceptions d’État, on ajoute encore l’arme vénérable des mercenaires d’antan, la hallebarde.A Pâques, à Noël et à l’Assermentation, une cuirasse du XVIIème siècle vient compléter l’uniforme de gala. S’ajoutent également la fraise, les gants blancs et le casque argenté, le morion, coiffé d’une plume rouge pour les hallebardiers, violet foncé pour les officiers, qui portent tous l’uniforme pourpre, et blanche pour le Commandant et le Sergent-Major. Le chêne de la famille Della Rovere du Pape fondateur Jules II est représenté en relief sur chaque côté du morion.    

L’uniforme d’exercice

L’uniforme d’exercice, qui se porte lors de l’instruction et du service de nuit, est entièrement bleu. Il est aussi porté pendant le service au poste Sainte-Anne pour des raisons pratiques. C’est en effet à ce poste que le trafic est le plus important. Cet uniforme se porte aussi avec un col blanc et des manchettes blanches.

L’uniforme diplomatique

Lorsque les officiers sont invités à des événements de gala et qu’ils y représentent officiellement le Corps, l’uniforme rouge, de velours, très délicat, n’est pas opportun. C’est pour cette raison qu’ils portent l’uniforme diplomatique noir; cet uniforme fut inspiré des anciens uniformes d’ordonnance des officiers.

Le tambour

Les tambours portent un uniforme bleu, jaune et noir. Les casques noirs sont coiffés d’une plume jaune et noire.

Le manteau

En hiver et lorsqu’il pleut, le manteau doit être porté afin de protéger l’uniforme des intempéries.

L’uniforme d’instruction

Afin de pouvoir prendre part aux offres croissantes de formation dans le domaine de la sécurité, un uniforme d’intervention et de formation moderne a été conçu et introduit.

 

 

L’Histoire

1929

Les accords du Latran

Sous le commandement d’Alois Hirschbühl, un autre événement important aura lieu: les accords du Latran entre l’État italien et le Saint-Siège, le 11 février 1929. Par celui-ci,…

La fin des États pontificaux

La guerre franco-prussienne de juillet 1870 marqua la fin du pouvoir temporel de l’Église, puisque Napoléon III dut rappeler ses troupes en France. Le gouvernement…

«Le sac de Rome»

Le matin du 6 mai 1527, depuis son quartier général situé dans le couvent Saint-Onofrio sur le Janicule, le général de Bourbon, Commandant des troupes impériales, commença les…

Les mercenaires suisses

Ce n’est pas un hasard si le Pape choisit les mercenaires suisses pour sa protection. Les soldats helvétiques, à cause de leur force d’âme, de leurs sentiments nobles et de…

La fondation

La Garde suisse est au service du Pape et veille sur le Vatican depuis plus de 500 ans. Tout a commencé en 1506, lorsque les premiers suisses arrivèrent sur demande du Pape Jules II. La…


Les Commandants de la Garde Suisse Pontificale

  Nom Canton de à
35. Graf, Christoph LU 2015 en activité
34. Anrig, Daniel Rudolf SG 2008 2015
33. Mäder, Elmar Theodor SG 2002 2008
32. Segmüller, Pius SG 1998 2002
31. Estermann, Alois LU 1998 1998
  Vacant   1998 1998
30. Buchs, Roland FR 1982 1997
29. Pfyffer von Altishofen, Franz LU 1972 1982
28. Nünlist, Robert LU 1957 1972
27. Pfyffer von Altishofen, Heinrich LU 1942 1957
26. von Sury d’Aspremont, Georg SO 1935 1942
25. Hirschbühl, Alois GR 1921 1935
24. Repond, Jules FR 1910 1921
23. Meyer von Schauensee, Leopold LU 1901 1910
22. de Courten, Louis-Martin VS 1878 1901
21. von Sonnenberg, Alfred LU 1860 1878
20. Meyer von Schauensee, Franz Xaver Leopold LU 1848 1860
19. Pfyffer von Altishofen, Martin LU 1835 1847
18. Pfyffer von Altishofen, Karl Leodegar LU 1800 1834
  Vacant   1798 1800
17. Pfyffer von Altishofen, Franz Alois LU 1783 1798
16. Pfyffer von Altishofen, Jost Ignaz LU 1754 1782
15. Pfyffer von Altishofen, Franz Ludwig LU 1727 1754
14. Pfyffer von Altishofen, Johann Konrad LU 1712 1727
  Vacant   1704 1712
13. Mayr von Baldegg, Johann Kaspar LU 1696 1704
12. Pfyffer von Altishofen, Franz LU 1686 1696
11. Pfyffer von Altishofen, Ludwig LU 1658 1686
10. Pfyffer von Altishofen, Johann Rudolf LU 1652 1657
09. Flekenstein, Jost LU 1640 1652
08. Flekenstein, Nikolaus LU 1629 1640
07. Segesser von Brunegg, Stephan Alexander LU 1592 1629
06. Segesser von Brunegg, Jost LU 1566 1592
05. von Silenen, Kaspar Leo LU 1559 1564
04. von Meggen, Jost LU 1548 1559
  Vacant   1527 1548
03. Röist, Kaspar ZH (1518) 1527
02. Röist, Markus ZH 1518 (1524)
01. von Silenen, Kaspar UR 1506 1517

 

Google Translate !!!

SEMPER FIDELIS

Le but de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais que le salaud d'en face meurt pour le sien.

Je vous présente deux Sites Web, le premier est une forme de YouTube du Soldat que vous pourrez trouver à l'adresse ci-dessous.

https://swiss-warriors.ch

Et le deuxième Sites est un réseau social qui nous permettra de faire connaissance afin de revivre des bons moments enssemble dans la simplicité et la camaraderie.

Venez nous rejoindre au groupe Facebook les Grenadiers de Isone qui comporte bientôt 2000 membres :

https://www.facebook.com/groups/lesgrenadiersdisone

You have Successfully Subscribed!

QR Code Funéraire

Immortaliser ceux que vous avez aimés !!!

Je sais qu’il est difficile de perdre une personne que nous avons aimé, mais ce qui est encore plus difficile c’est d’avoir aimé et par la suite oublié cet amour, les souvenirs sont la chose la plus précieuse que nous avons de ces disparus et il est difficile de les garder avec le temps.

Les jours passent, les mois passent, et les années passent, et les souvenirs commencent à nous faire défauts, les images de ces personnes que nous avons aimés deviennent de plus en plus floues, et de plus en plus lointaines.

J’ai eu une idée qui je pense mérite réflexion, et si nous créons un Site Web ensemble sur un être cher disparu, pour l’immortaliser sur le Web, l’immortaliser sur la toile mondiale qu’est internet, la seule preuve la plus durable et immortelle qu’il est jamais existé, la seule preuve qu’il a été aimé, par des amis, de la famille, un conjoint, où encore des enfants.

Mon projet est de réunir des témoignages, réunir des photos , réunir des vidéos, sur ces personnes disparues, et leur rendre ce dernier hommage, qu’elles méritent, en créant un site Web en leur Honneur.

Je créerais un Qr code, un code barre que nous mettrons sur une plaque funéraire, pour ensuite le mettre discrètement sur la tombe.

Comme cela, à chaque fois qu’une personne viendra lui rendre hommage devant sa tombe, nous pourrons avec le téléphone portable, scanner le QR code, scanner le code barre, et être redirigé sur le Site Web, qui rendrait hommage à notre disparu.

Si vous êtes intéressés cliquer sur le lien Ci-Dessous :

https://urim.ch

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Shares
Share This